samedi 31 juillet 2010

3 nouveaux livres viennent de sortir en librairie.

Les croiseurs français SUFFREN et COLBERT.

L'évasion du cuirassé Jean-Bart 18 juin 1940
La jeanne une aventure de 50 ans.

dimanche 4 juillet 2010

NAUFRAGE BOURGOGNE

Bonjour,
Je vous prie de trouver ci-joint la présentation d'un récit que je viens de terminer sur un naufrage survenu en 1898, totalement éclipsé par celui du "Titanic". Plus de 500 personnes ont péri dans le naufrage de "la Bourgogne". Une seule femme a survécu et aucun enfant.
Après de longues recherches, j'ai fait le récit de cette tragédie en collant à la vérité, mais aussi en rajoutant une intrigue et quelques personnages fictifs.
Connaîtriez-vous des éditeurs susceptibles d'être intéressés par cette histoire, à mi-chemin entre le roman historique et le documentaire?
Cordialement,Jean-Paul Bossuge jpbossuge@hotmail.com

Depuis le 16 juin 1886, le transatlantique la Bourgogne, un des fleurons de la Compagnie Générale Transatlantique, assure la liaison entre New York et le Havre.Ce samedi 2 juillet 1898, trois anciens joueurs du Havre Athletic Club, le premier club de rugby fondé en France, se retrouvent sur le paquebotLe liner entame son vingt-cinquième voyage de l’année, avec plus de sept cents personnes à bord.La traversée s’annonce festive et les passagers, en majorité de nationalité américaine, s’apprêtent à célébrer fastueusement la fête de l’ Independence Day, magnifiée, cette année là, par la victoire des Etats-Unis sur l’Espagne dans l’île de Cuba.Après deux jours de soleil, un brouillard intense se lève au large de la Nouvelle Ecosse, dans la nuit du 4 juillet. Vers cinq heures du matin, la Bourgogne est abordée par le Cromartyshire, un trois mâts anglais. Le bateau n’arrivera jamais au Havre et sombrera en quarante minutes. Ce naufrage eût à l’époque un retentissement considérable, tant aux Etats-Unis qu’en France, mais fut complètement éclipsé, quatorze ans plus tard, par celui du Titanic. Et pourtant, les témoignages des survivants furent effroyables.La tragédie de la Bourgogne restera la pire catastrophe de la Compagnie Générale Transatlantique.(Dans un souci de vérité, la reconstitution de ce naufrage méconnu a nécessité, de minutieuses recherches auprès des Archives Nationales du Monde du Travail, de la Bibliothèque Nationale, de la Bibliothèque Sainte Geneviève, de l’Association French Lines au Havre, des Archives du Ministère des Affaires étrangères à Nantes, du Service historique de la Marine Nationale, et de la London Newspaper Library.) Jean-Paul Bossuge

amiral R Blake

Amiral R BLAKE.

LIENS.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Blake_(amiral)
http://en.wikipedia.org/wiki/Robert_Blake_(admiral)
http://www.british-civil-wars.co.uk/biog/blake.htm
http://www.bridgwater.net/Town/About_Town/Places_to_Visit/Museums/admiral_blake_museum.htm
http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-blake/

jeudi 1 juillet 2010

Plongeur Magazine

Pour compléter la page consacrée aux livres sur la plongée sous-marine.
http://historic-marine-france.com/scaphandrier/livres.htm
cette revue http://Plongeur.com

Journal du capitaine Dubobage‏

Madame, Monsieur Claude et Jacqueline Briot, auteurs entre autres de Clippers Français (Grand prix 1995 de l'Académie de Marine)et de Cap-Horniers Français. Histoire de l'Armement Bordes et de ses navires ont le plaisir de vous annoncer la parution chez Books on Demand du Journal du capitaine Dubocage. Voyage à la Chine. Découverte de Clipperton 1707 - 1716 trancrit et annoté par nos soins. Nous avons pensé que l'exposition La soie et le canon à Nantes était une opportunité pour faire connaître ce livre de 420 pages au prix public de 26 euros distribué par la SODIS et DILICOM. Bien à vous.______________________

http://www.claude-jacqueline-briot.com

Lettre de nolis.ou chartre

le 28 décembre 2009 Monsieur l'étude Lafon-Castandet a vendu 8.000 euros un documents qui méritait de figurer sur le site " documents maritimes ". il s'agit d'un contrat de transport ou "lettre de Nolis" entre 3 croisés bretons ,et un capitaine Hervé qui devait les transporter de Chypre à Damiette en 1249 (lors de la croisade de Saint Louis,qui se trouvait en campement à Chypre attendant son départ pour les lieux saints). elle est rédigée à l'encre brune en latin sur un parchemin .

LIENS.
http://www.juritravail.com/lexique/affretement-ou-nolis.html



vente ARISTOPHIL

CHARTE DE NOLIS POUR LA TRAVERSÉE DE TROIS CHEVALIERS BRETONS VERS DAMIETTE.
En latin, acte sur parchemin
Chypre, Limassol, 1249 [charte forgée réalisée à Paris, vers 1840].
Pièce de parchemin, encre brune, écriture de chancellerie, texte sur 6 lignes, repli avec queue de parchemin (sans sceau), inscription au dos «Procurazione...».
Dimensions: 115 x 40 mm.
Intéressant cas de falsification sous la monarchie de Juillet.
Bien que datée 1249, cette charte fut forgée au XIXe siècle.
Précisons le terme «nolis»: loyer des vaisseaux, dit «nolis».
Charte faisant état du contrat passé entre quatre chevaliers bretons et un marinier, Hervé, capitaine du vaisseau «La Pénitence de Dieu», qui prend à son bord le duc de Bretagne et ses chevaliers pour se rendre à la septième croisade, dirigée par Saint-Louis: «Nous, Jehan de Kebriac, Raoul de la Moussaye, Prigent de la Roche-Jagut, Gauffroy de Boisbilly, chevaliers, associés dans le coût du transport et ayant pleine confiance en la prudence d'Hervé [...] donnons audit
Hervé plein pouvoir de traiter et convenir avec tout patron de navire relativement au prix de notre passage jusqu'à Damiette». Après une violente tempête, les navires ont été dispersés à Limassol, ville de Chypre, le 30 mai. Forts des renforts anglais et bourguignons, les Croisés repartent vers Damiette en Égypte et prennent la cité le 5 juin.
Dans les années 1950, l'érudit chartiste R.-H. Bautier a mis en lumière une grande mystification historique opérée au XIXe siècle. Il s'agit de la fabrication en série de «chartes de croisade» par deux associés, Eugène-Henri Courtois, homme d'affaires, et Paul Letellier, copiste et généalogiste. Ces chartes ont été fabriquées dans un contexte précis:
Louis-Philippe décide en 1839 l'ouverture au Palais de Versailles d'une galerie consacrée à la glorification des familles qui pourraient prouver par titres authentiques qu'un de leurs ancêtres avait participé aux croisades. Au début de 1842, un nombre important de titres furent fabriqués et vendus à ceux qui l'on promettait de faire figurer leurs armoiries dans la «salle des croisades». Il y a 350 chartes restées invendues qui ont été acquises par les Archives nationales (109 AP, Collection de Gourgues). Courtois, véritable escroc, fit faillite, fit de la prison et fut banni des cercles qu'il avait escroqué. Letellier pour sa part racheta une partie du fonds d'Hozier, continua sa fabrication de faux: plusieurs chartriers contiennent des pièces issus de son officine. Il forma le célèbre Vrain-Lucas, qui le quitta en dérobant des pièces de sa collection. Deux archivistes-paléographes, Eugène de Stadler et Alexandre Teulet, peu scrupuleux, authentifiaient ou traduisaient les pièces.
Voir: R.-H. Bautier, «Forgeries et falsifications de documents par une officine généalogique au milieu du XIXe s.», in Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 1974 (132-1), pp. 75-93; voir aussi «La collection des chartes de croisade dite «Collection Courtois»», in Académie des Inscriptions et Belles-lettres. Comptes rendu des séances, 1956, pp. 82-86; Cassard, J-C, Les Bretons et la mer au Moyen-Age, p. 164, qui parle de «faux manifeste» au sujet de ces chartes de 1249 
                    

décrets


pour compléter la page lois et décrets
Décret portant réglement sur la solde de la marine vendu 260 euros


LIENS/
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5625576d
http://www.afdm.asso.fr/fr/lois-decrets-maritimes-article.asp?idloi=2