lundi 14 octobre 2013

defoe

très bon livre de documentation sur l'univers et ses pirates réel et non imaginaires car son auteur ayant vécu lui même à l'age d'or des pirates, a fait un travail remarquable pour nous décrire leur vécu ! pour tout les amateurs de pirates ce livre est fait pour vous ! le premier volume est a posséder absolument aussi ! 
Publiée en deux volumes en 1726 par un Mystérieux " Captain Johnson ", l'histoire Générale des plus Fameux Pyrates est considérée depuis toujours comme la bible de tous ceux qui s'intéressent à la Flibuste et, accessoirement, comme l'un des textes les plus surprenants de la littérature anglaise. Chose étrange, ce chef-d'oeuvre partout cité, souvent pillé, n'a jamais été intégralement traduit en français avant la présente édition. Le grand historien anglais Christopher Hill, un personnage dont la stature est comparable à celle d'un Fernand Braudel chez nous, après vingt ans d'enquête, a acquis la certitude que l'auteur de cette merveille n'est autre que... Daniel Defoe. L'auteur de Robinson Crusoé nous offre ici trente-huit récits véridiques qui se lisent comme autant de romans à inscrire en lettres d'or et de sang dans le grand livre de la révolte humaine.




Nous pouvons entrer avec précision dans la vie du capitaine Misson car, chance inouïe, nous disposons d'un manuscrit en français où il expose lui-même le détail de ses actions. Il naquit en Provence, dans une vieille famille. Son père, dont il tait le nom véritable, jouissait d'une ample fortune, mais le grand nombre de ses enfants ne laissait espérer à notre pirate d'autre héritage que celui qu'il acquerrait lui-même au fil de l'épée." Dans cet extrait de L'Histoire générale des plus fameux pyrates, Daniel Defoe (1660-1731), auteur du célébrissime Robinson Crusoé, relate les aventures du capitaine Misson, "l'homme le plus doux dans ses manières qui eût jamais sabordé un navire ou tranché une gorge", et de son complice, l'hérétique Carraccioli, qui, las de courir les mers, décident de s'installer à Madagascar pour y fonder une république égalitaire, tout en continuant à piller les navires passant à leur portée. La propriété est abolie, les ressources mises en commun; les distinctions de classe, de sexe et de race disparaissent. Le rêve sera cependant de courte durée.









Aucun commentaire: