dimanche 20 octobre 2013

chirurgien; médecin de marine -- patente de santé....

REGLEMENT, par lequel le Roy Ordonne qu’il sera embarqué un Chirurgien sur les Bastiments qui auront Vingt homme d'Equipage & au dessus, pour toute Navigation qui ne sera point Cabotage; Et à l'égard des Vaisseaux destinez pour les Voyages de long Cours, mesme pour les Pesches, qu'il y aura toujours un ou deux Chirurgiens, lesquels seront examinés par deux Maistres Chirurgiens-Juréz nommez à cet effet par l'Almiral de France. A Paris, de l'Imprimerie Royale, 1717. In-4, cartonnage de papier marbré à la manière de Bradel. Parfaitement établi, cet important règlement changea considérablement les conditions de vie des marins de guerre et des pêcheurs. Le fait d'avoir des médecins à bord sauva d'innombrables vies jusque là négligées.









lundi 14 octobre 2013

femmes dans la marine nationale



Une femme Amiral
Des femmes plongeurs en scaphandre lourds
une femme commande  un bâtiment de la marine nationale à 34 ans
Jean-Bart  Duguay-Trouin,Suffren......... des ringards (matchots souvent !)
 enfin la marine
recrute des femmes.Nos futurs ennemis n'ont qu'à bien se tenir!      ,il ne sera plus question de
saborder la flotte ,(les femmes tiennent à leur petit matériel..........) Car le combat sera rude contre les pirates Somaliens en pirogues ,ou les passeurs de drogue en canoé


pirates


arbaresques, boucaniers, flibustiers, guerres de course, abordages, razzias, butins, partages de prises, chasses au trésor, canonnades... Corsaires et pirates jalonnent de leurs exploits la vie maritime et peuplent notre imaginaire. Voici le premier dictionnaire historique sur ces aventuriers des mers : près de 600 entrées, une œuvre monumentale, les meilleurs spécialistes pour faire revivre ces personnages hauts en couleur, des plus emblématiques comme Drake, Jean Bart, Surcouf, Duguay-Trouin, Dragut, Barberousse, aux oubliés de l'histoire ainsi qu'aux discrets mais indispensables armateurs. Un voyage dans le temps et à travers les océans où sont visités les principaux lieux associés à la course et à la piraterie, d'Alger aux Caraïbes, en passant par Boston, La Rochelle, Dunkerque, Salé, Saint-Malo jusqu'au golfe d'Aden, Sainte-Marie de Madagascar et les eaux de l'Asie du Sud-Est.
En 1742, à Madagascar, un vieux pirate à la retraite, entouré d?une garde d?anciens esclaves noirs qu?il a libérés, entreprend d?écrire ses mémoires.Ce pirate n?est autre que John Silver, l?homme à la jambe de bois, que le jeune héros de L?Ile au trésor dépeignait comme hâbleur et vaguement inquiétant. Un portrait qui n?a guère plu à l?intéressé?Et John Silver de rétablir sinon la vérité, du moins sa vérité. Il évoque alors sa vie, une vie d?aventures, de bagarres, de rapines, de galanterie, de beuveries? enfin, tous les ingrédients d?une vie de pirate. Mais aussi le destin d?un homme en révolte contre les injustices de l?ordre établi, qu?il s?agisse d?enrôlement forcé ou de traite des Noirs?Ce roman d?aventures dans la grande tradition a valu à son auteur, suédois, un succès européen.              
Partez à la découverte des plus célèbres pirates et revivez leurs plus grands exploits. Cet ouvrage captivant vous propose d'écumer les mers du monde entier en leur compagnie, à la découverte de navires, d'armes, de pavillons inquiétants et de trésors perdus. Une galerie de portraits de pirates légendaires mais aussi imaginaires parsème ce livre et vous donnera l'occasion de faire la connaissance de Barbe Noire, Calico Jack et d'une foule d'autres mercenaires des mers. Quelle était véritablement la vie des pirates à bord de leur navire ? Quelles étaient leurs traditions, leurs superstitions et leurs légendes ? Des " piratesses " tout aussi chevronnées et impitoyables que leurs compagnons masculins ont-elles réellement existé ? Cet ouvrage captivant reconstruit dans le détail, page après page, leurs habitudes, leur mentalité et leur langage caractéristique. Il vous permettra aussi de vous familiariser avec leur armement, leurs vêtements, leurs pavillons et les différentes typologies de bateaux pirates. Laissez-vous donc tenter par cette surprenante plongée dans l'histoire et l'univers de la piraterie prompte à alimenter votre fascination pour ce monde perdu.
Une histoire des pirates des mers du Sud à Hollywood

Pirates. Le mot fait trembler et s'accompagne de clichés : pavillon noir, abordages sanglants, or, argent et pierreries, amours sans frein, liberté...
La réalité que révèle le livre de Jean-Pierre Moreau n'a rien à envier au mythe. Les flibustiers, corsaires et pirates de chair et d'os étaient basques, bretons, gascons ou normands, espagnols ou britanniques. Certains avaient un grand coeur, quelques-uns furent des prédateurs psychopathes. Ils écumèrent les mers dès le XVIe siècle, traquant les galions isolés et attaquant les colonies espagnoles.
Héros nationaux, puis personnages de pacotille revus par Hollywood, les pirates furent présentés après mai 1968 comme des libertaires, ancêtres des anarchistes. L'auteur revient ainsi sur la manière dont les «picoreurs des mers» se transformèrent en figures de légende.

Jean-Pierre Moreau
Docteur en archéologie, il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la piraterie. Il a notamment publié : Un flibustier français dans la mer des Antilles en 1618-1620 et le Guide des trésors archéologiques sous-marins des Petites Antilles.




Evoquer la course et la piraterie conduit aussitôt notre imaginaire à voguer vers de lointaines et exotiques contrées, des Caraïbes à la mer de Chine, en négligeant la Méditerranée familière qui a pourtant été aussi un des berceaux du brigandage maritime. Aussi vieilles que l'histoire et souvent confondues, course et piraterie connaissent une vitalité nouvelle en Méditerranée dès la fin du XVe siècle. Débordant sur le proche Atlantique et se prolongeant sous différentes formes jusqu'au XXIe siècle, ces pratiques demeurent un domaine sensible de l'histoire ainsi que le suggère pour les nommer l'emploi des termes course, guerre de course, piraterie, corso ou djihad maritime. La course, les corsaires et les forbans - ces hors-la-loi des mers - ont donné lieu à des recherches nombreuses et approfondies depuis le milieu du XXe siècle. A la suite des travaux pionniers de Michel Mollat du Jourdin, un des pères de l'histoire maritime en France, et notamment depuis la tenue du XIIIe Colloque international de San Francisco (Course et piraterie, 1975), les études se sont multipliées autour de ces questions. Cependant, de nombreux champs restent à explorer et des pistes à défricher au-delà du cliquetis des sabres d'abordage. Tel a été un des objectifs de cette rencontre scientifique, tenue à Toulon sous le patronage de la Société française d'Histoire maritime présidée par l'Amiral Jacques Chatelle, sans prétendre à l'exhaustivité, moins encore à une synthèse. Des études de cas, autour d'événements et de personnages emblématiques, et une traversée de la Méditerranée sur la longue durée, permettent d'approcher une thématique qui reste complexe et ne peut se limiter à des réponses simples, sinon simplistes et définitives.




Pirates et flibustiers (La Grande aventure de la mer).






découvrez le monde des forbans des mers, leurs règles de vie, leurs techniques de combat et leurs grands noms.Depuis quand y a-t-il des pirates ? Comment devenait-on corsaire ou pirate ? Quelle était leur vie à bord ? Comment survivaient-ils sur des îles désertes ?Partez à la rencontre des grands noms de la flibuste, vrais bandits ou héros de légende.




Peter Blood (alias M.Le Sang, alias Don Pedro Sangre) est resté dans les annales comme l'une des grandes figures de la flibuste. Le citoyen en question cependant, après une vie que l'auteur qualifie d'aventureuse, ne demandait qu'à exercer besogneusement son métier de médecin dans une paisible bourgade d'Angleterre....jusqu'au jour où la Justice du Roi s'avise de commettre à son endroit une injustice majeure et le dépêche aux Caraïbes en qualité de bagnard.
















Durant " l'Age d'Or " de la piraterie, entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, des équipages composés des premiers rebelles prolétariens et des exclus de la civilisation, pillèrent les voies maritimes entre l'Europe et l'Amérique. Ils opéraient depuis des enclaves terrestres, des ports libres, des " utopies pirates " situées sur des îles ou le long des côtes, hors de portée de toute civilisation. Depuis ces mini-anarchies - des " Zones d'Autonomie Temporaire " - ils lançaient des raids si fructueux qu'ils déclenchèrent une crise impériale, en s'attaquant aux échanges britanniques avec les colonies, et en écrasant le système d'exploitation globale, d'esclavage et de colonialisme qui se développait. La société euro-américaine des XVIIe et XVIIIe siècles était celle du capitalisme en plein essor ; la fa mine et la misère côtoyaient une richesse inimaginable. L'Eglise dominait tous les aspects de l'existence et les femmes avaient peu de choix hormis l'esclavage marital. En opposition à cela, les pirates créèrent un monde qui leur était propre, où ils avaient " le choix en eux-mêmes " - un monde de solidarité et de fraternité, où ils partageaient les risques et les gains de la vie en mer, prenaient collectivement les décisions... une époque libertaire.

Qui étaient les pirates ? Au nom de quel idéal ont-ils hissé leur drapeau à tête de mort, cet énigmatique " Jolly Roger " ? En quoi ont-ils perturbé durablement le commerce colonial et les traites négrières du début du XVIIIe siècle ? Dans cet ouvrage passionnant et novateur, traduit pour la première fois en français, Marcus Rediker raconte une fabuleuse histoire. Celle des quelques milliers de " scélérats " qui refusèrent de se soumettre à l'ordre mercantile et à l'exploitation pour préférer la liberté et la jovialité, dussent-ils le payer de leur vie.




Personne mieux que Mac Orlan n'a dit le pouvoir que le pirate exerce sur l'imagination des romanciers. Il est de ceux qui ont cédé à la fascination. Avec lui, Stevenson, Corbière, Conan Doyle, t'Serstevens... Leurs romans parlent d'un univers où la mer, le sang et l'or se mêlent en une liqueur qui a des parfums de liberté extrême. Une anthologie des plus beaux romans de pirates, grands classiques et perles rares, présentée par Dominique Le Brun.

Entourés dès l'enfance par ces canailles de fiction que sont les capitaines Crochet, Flint, Rackham le Rouge ou Jack Sparrow, avons-nous encore quelque chose à apprendre sur les pirates, ceux de l'âge d'or, les capitaines Kidd, Barbe-Noire ou La Buse? Certes oui, car si l'on tente de dépasser la vision roman-tique et romancée héritée des écrivains et des cinéastes, la vie quotidienne des pirates reste floue. Que s'est-il donc vraiment passé à la fin du XVlle et au début du XVllle siècle sur les routes maritimes du globe, des Antilles à Terre-Neuve, de l'océan Indien aux côtes du Pacifique ? Pourquoi et comment quelques milliers de marins se révoltent-ils et mettent-ils en péril le commerce maritime ? Forment-ils une communauté autonome, avec ses codes, ses coutumes et ses idéaux? Comment partagent-ils leur butin, avant de le cacher (évidemment) sur une île déserte? Après un bref résumé historique, Jean-Pierre Moreau démêle le vrai du faux et restitue la vie, au jour le jour, des pirates. Abordant tant le rôle du capitaine, les escales, les combats, les tortures que leurs tatouages, leurs drapeaux, leurs habitudes alimentaires et leur vie sexuelle, l'auteur exhume de vieux grimoires le quotidien de ces forbans et livre le manuel du parfait pirate.

Borgnefesse

Borgnefesse a définitivement pris sa place à côté des plus notoires corsaires et boucaniers de l'île de la Tortue. Bien dans la tradition, notre flibustier narre avec brio, forfanterie et cynisme candide ses conquêtes galantes, ses rixes, ses batailles, ses abordages, ses ripailles : tout ce que peut comporter d'histoires de guerre et d'amour la course sur la mer des Antilles au temps du Roi Soleil. C'est ainsi que Borgnefesse est entré dans la grande légende des Caraïbes.

flibustier

Qui aurait pu imaginer les flibustiers en gastronomes avertsi ? La cuisine de cette société nomade haute en couleur, dont est issue la cuisine créole d'aujourd'hui, est pourtant, à l'image de son histoire, l'une des plus originales et des plus savoureuses qui soient. Dans un flamboiement de mot et de mets, un chatoiement d'odeurs et de saveurs, Mélani Le Bris reçoit à sa table les meilleurs auteurs de l'époque, dont le fameux père Labat. Elle nous fait ainsi revivre la véritable épopée gourmande des flibustiers, forcément épicée, comme la vie qu'ils menaient. Cette cuisine des Flibustiers est un recueil précieux, où recettes et récits se succèdent pour le plus grand plaisir du palais, et de l'imagination.
Pirates, commerçants, colonisateurs, ils sont un peu tout cela les hommes embarqués à Dieppe en 1618 sur quatre bateaux en direction des Antilles. Un voyage de plusieurs mois marqué par la maladie, la faim, la révolte, presque la mutinerie, les conduit en Martinique puis jusqu'aux côtes de la Floride et du Mexique, avant un retour piteux à Dieppe. Le récit de ces aventures nous est conté par un des participants resté anonyme et qui eût, tant pour son écriture que pour son témoignage, mérité la gloire.

              

defoe

très bon livre de documentation sur l'univers et ses pirates réel et non imaginaires car son auteur ayant vécu lui même à l'age d'or des pirates, a fait un travail remarquable pour nous décrire leur vécu ! pour tout les amateurs de pirates ce livre est fait pour vous ! le premier volume est a posséder absolument aussi ! 
Publiée en deux volumes en 1726 par un Mystérieux " Captain Johnson ", l'histoire Générale des plus Fameux Pyrates est considérée depuis toujours comme la bible de tous ceux qui s'intéressent à la Flibuste et, accessoirement, comme l'un des textes les plus surprenants de la littérature anglaise. Chose étrange, ce chef-d'oeuvre partout cité, souvent pillé, n'a jamais été intégralement traduit en français avant la présente édition. Le grand historien anglais Christopher Hill, un personnage dont la stature est comparable à celle d'un Fernand Braudel chez nous, après vingt ans d'enquête, a acquis la certitude que l'auteur de cette merveille n'est autre que... Daniel Defoe. L'auteur de Robinson Crusoé nous offre ici trente-huit récits véridiques qui se lisent comme autant de romans à inscrire en lettres d'or et de sang dans le grand livre de la révolte humaine.




Nous pouvons entrer avec précision dans la vie du capitaine Misson car, chance inouïe, nous disposons d'un manuscrit en français où il expose lui-même le détail de ses actions. Il naquit en Provence, dans une vieille famille. Son père, dont il tait le nom véritable, jouissait d'une ample fortune, mais le grand nombre de ses enfants ne laissait espérer à notre pirate d'autre héritage que celui qu'il acquerrait lui-même au fil de l'épée." Dans cet extrait de L'Histoire générale des plus fameux pyrates, Daniel Defoe (1660-1731), auteur du célébrissime Robinson Crusoé, relate les aventures du capitaine Misson, "l'homme le plus doux dans ses manières qui eût jamais sabordé un navire ou tranché une gorge", et de son complice, l'hérétique Carraccioli, qui, las de courir les mers, décident de s'installer à Madagascar pour y fonder une république égalitaire, tout en continuant à piller les navires passant à leur portée. La propriété est abolie, les ressources mises en commun; les distinctions de classe, de sexe et de race disparaissent. Le rêve sera cependant de courte durée.









jean Marteilhe

L'autobiographie d'un forçat du siècle de Louis XIV.

paul émile Lafontaine

Le lieutenant de vaisseau Paul-Émile Lafontaine navigua pendant quatre ans dans le Pacifique, de la Terre de Feu à San Francisco, mais il sillonna surtout l'Océanie... Son récit a l'étoffe des grands romans d'aventures.

scipion de Castries

Ces Mémoires, relatés dans un style clair et précis, nous décrivent une certaine société à la fin de l'Ancien Régime et nous entraînent dans de passionnantes aventures maritimes...

comte de FORBIN

Les Mémoires laissés par les marins de Louis XIV sont rares, et d'un style assez technique. Ceux du comte de Forbin se révèlent exceptionnels tant par l'étendue et la variété des aventures militaires qu'ils couvrent que par la plaisante vivacité de leur écriture...





mémoires du comte de Forbin chef d'escadre chevalier de l'ordre militaire de Saint Louis édition de 1781